En quelle langue?

dimanche 16 octobre 2016

Dora Bruder, Patrick Modiano

Afficher l'image d'origine


  "J'ignorerai toujours à quoi elle passait ses journées, où elle se cachait, en compagnie de qui elle se trouvait pendant les mois d'hiver de sa première fugue et au cours des quelques semaines de printemps où elle s'est échappée à nouveau. C'est là son secret. Un pauvre et précieux secret que les bourreaux, les ordonnances, les autorités dites d'occupation, le Dépôt, les casernes, les camps, l'Histoire, le temps - tout ce qui vous souille et vous détruit - n'auront pas pu lui voler. "
 
 
Ecrit par Patrick Modiano
Aux éditions Gallimard
1997
147 pages
 
 
  En 2015 a été inaugurée à Paris la Promenade Dora Bruder, dans le 18ème arrondissement. Cette promenade tient son nom d'une adolescente juive d'environ 10 ans au début de la Seconde Guerre mondiale, née d'une mère hongroise et d'un père viennois, dont Patrick Modiano a essayé de retracer les dernières années, après avoir découvert son existence dans un Paris-Soir du 31 décembre 1941, frappé par l'annonce de recherche de quelques lignes la concernant.
Afficher l'image d'origine
 
  Cette rencontre de papier, cette rencontre invraisemblable entre l'écrivain et la jeune fille, est souvent assimilée à la clé de l'œuvre de Modiano.

  J'ai découvert ce petit livre un peu par hasard, comme d'habitude, quoique le Modiano que j'avais lu cet été, Dans le café de la jeunesse perdue, m'avait plu, et plutôt intriguée. J'avais envie de découvrir un peu plus le prix Nobel de Littérature de 2014.

  C'est ainsi que je me suis plongée dans Dora Bruder, comme Modiano a dû se plonger dans la quête, devenue progressivement obsessionnelle, de l'identité de la jeune fille.

  Dès les premières pages, j'ai été désarçonnée par la chronologie, la structure complexe du livre. Dans l'optique de retracer une vérité pure, une vie telle qu'elle a été vécue, Modiano a une méthode d'écriture et de cheminement très scientifique, avec de nombreuses dates, des lieux précis : des quartiers de Pairs, mais aussi des rues, et parfois même des numéros de rue. Le cadre spatio-temporel est tellement étayé sans pour autant être suivi que je me suis perdue parfois dans des détails de jours pour oublier de décompter les années... Pas très grave, certes, mais sur un livre aussi court, ça joue. Puis j'ai réfléchi. Et je me suis dit que cela avait peut-être été volontaire de sa part, pour opposer la mémoire scientifique, précise, collective, la mémoire historique en quelques sorte, et la mémoire individuelle de l'adolescente. Je me suis demandée s'il n'avait pas voulu mettre en lumière le fait qu'on peut retracer la vie d'une personne avec autant de précisions physiques que possible, mais rester toujours impuissant devant sa mémoire propre, son existence personnelle, les images qu'elle s'est construite.

  J'ai beaucoup apprécié cette facette du livre. Ce qui s'en dégage, la réflexion qu'il permet sur l'individualité d'une personne. On peut sans doute interpréter Dora Bruder de bien des façons différentes, mais celle-ci est celle qui m'a le plus frappée. En effet, à travers tous les détails qu'il donne, la météo d'une journée, le climat d'une période, en contextualisant chaque moment avec tant de précisions, en rappelant les diverses lois, contraintes, réformes, organisations anti-juives, en retraçant le chemin de personnes qui l'ont marqué, Patrick Modiano, d'une plume neutre mais porteuse, fluide et comme avide d'être parcourue avec la vivacité d'une lecture concentrée, montre comme un homme peut être étiqueté par un régime, poursuivi par un auteur, mais conserver son identité, qui ne peut appartenir qu'à sa mémoire. Il illustre une mémoire par un vécu unique, des ressentis uniques, une histoire individuelle, qu'il oppose à l'Histoire, souvent construite à partir de la confrontation de mémoires collectives.

  Il y a cette quête d'identité, comme je l'écrivais plus haut, cette curiosité de pénétrer la vie, mais plus encore les pensées d'une inconnue, qui m'a beaucoup rappelé celle de Louki, dans Dans le café de la jeunesse perdue, mais avec une valeur différente, une réalité plus crue, plus frappante due au concret du contexte historique et de la personne de Dora.

  Malgré quelques longueurs, j'ai aimé la démarche de ce livre, celle de son auteur. J'ai aimé ce qu'on pouvait en tirer, tous, individuellement. Et j'ai aimé que rien ne soit laissé au hasard, que Modiano tente de lier chaque élément nouveau à la vie de l'adolescente dont la mémoire l'obsède. Il y a comme une temporalité intemporelle, une universalité ciblée : on se sent plus humainement individuel, en se rendant compte que chacun l'est. Une masse d'unicités.

  Ce livre a été plus pour moi un prétexte, un contexte pour illustrer la complexité voire l'impossibilité d'une recherche pour comprendre l'entièreté d'une personne, d'autant plus éloignée temporellement de soi, qu'une simple littérature du réel.

  Tous les lecteurs ne seront évidemment pas sensibles aux mêmes choses, mais c'est dans cette optique que je vous propose cette lecture à la fois étonnante d'obsession, et naturelle de curiosité, de volonté de percer à jour un passé individuel, un passé unique, dans un passé commun, pour ne pas oublier que l'Histoire a été vécue et que nombre d'histoires l'ont traversée.

"Il faudrait savoir s'il faisait beau ce 14 décembre, jour de la fugue de Dora. Peut-être l'un de ces dimanches doux et ensoleillés d'hiver où vous éprouvez un sentiment de vacance et d'éternité _ le sentiment illusoire que le cours du temps est suspendu, et qu'il suffit de se laisser glisser par cette brèche pour échapper à l'étau qui va se refermer sur vous."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bonjour!
Pour laisser un commentaire, assez simple :
- vous écrivez votre message dans l'encart blanc pour cela, juste sous ce petit texte
(- vous êtes gentil-poli-mais-vous-dites-quand-même-ce-que-vous-pensez)
- vous sélectionnez le profil de votre choix
- vous appuyez sur "Publier"
ET VOUS N'OUBLIEZ PAS DE FAIRE LE CODE POUR PROUVER QUE VOUS N'ETES PAS UN ROBOT!

Et voilà! C'est dans la poche, prêt à être lu, publié par mes soins et à obtenir une réponse!
Merci beaucoup pour votre passage sur Rivière de Mots et à très bientôt!